Strasbourg… Ses tartes flambées… Sa choucroute… Sa bière… Sa cathédrale… Ses institutions européennes… Son climat tropical… Son marché de Noël… Mais Strasbourg, c’est aussi le festival des Artéfacts, événement musical qui s’est fait un nom ces dernières années en proposant des programmes toujours denses et éclectiques. Une virée dans la capitale alsacienne s’imposait.

festival-artefacts-2013

Le covoiturage, c’est bien mais cela peut parfois être long. C’est en retard que nous arrivons sur le site du Zénith de Strasbourg, impressionnante enceinte pouvant accueillir plus de 10 000 personnes (le plus grand Zénith de France).

COLD WAR KIDS, refroidis ?

coldwarkids_3

Le concert de Team Ghost raté (tristesse…), il nous faut courir pour espérer apercevoir une bribe du  show de Cold War Kids. Une fois dans la fosse, pas de surprise. Le public n’est pas au rendez-vous (mais pourquoi avoir programmé un groupe de rock dans une journée intégralement dédiée à la musique électronique ?). Probablement déçus de ne pas jouer dans une salle plus comble, les musiciens semblent en garder sous le pied. Très peu d’échanges avec le public mais une prestation carrée, pêchue qui aura quand même réussi à faire bouger les quelques adeptes présents. A revoir dans une plus petite salle ou avec un public moins électro.

                                            Cold War Kids – Hang me up to drive
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SEXY SUSHI : bonne humeur, bordel et anarchie

Sexy-Sushi

Le temps d’aller se chercher quelques victuailles et nous revenons dans la salle. L’affluence a doublé. La tension monte en attendant l’arrivée de l’ovni made in France : Sexy Sushi. Le staff met en place les décors en polystyrène : une grande croix floquée du mot Justice, les platines installées sur un dock marqué 1789, Les Amants de la Bastille… Le grand n’importe quoi peut commencer. Le groupe entre en scène accompagné d’un obèse barbu et masqué en guise d’homme de main. Tout commence bien avec un délicieux « Salut l’Allemagne de l’Ouest ! » lancé par Rebeka Warrior, la chanteuse du groupe. La foule est déjà en transe. Les titres s’enchaînent, « J’aime Mon Pays », « Sex Appeal », entrecoupés de vannes toujours plus crasseuses et croustillantes. Un homme dans le public est pris en otage sur scène, mis torse-nu et littéralement scotché de la tête au pied. Il se fera gentiment martyriser par le gros barbu pendant une bonne moitié du concert. Le groupe donne de son corps et même plus, nous donne à manger : des morceaux de baguettes fusent, des paquets de sel explosent, du terreau nous arrose. Bref, la folie s’impose… Une folie qui nous fait rapidement oublier la pauvreté musicale des morceaux et de la prestation de Sexy Sushi aux dépens de cette joyeuse frénésie. Sexy Sushi ça ne s’écoute pas, ça se vit.

                 

Sexy Sushi – J’aime mon pays
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BOYS NOIZE : l’Allemagne forte

boysnoize

Après ce doux moment de poésie dadaïste, nous avons rendez-vous avec la maîtrise technique de Boys Noize, DJ touche-à-tout de talent. Je ne vous cache pas que j’étais resté sur ma faim lors de son dernier concert que j’avais vu en 2012. Nous attendions donc sa prestation Live avec appréhension. Bien heureusement, l’allemand au mono-sourcil va nous sortir le grand jeu. Mixant au sommet d’une gigantesque tête de mort, Boys Noize fait parler toute sa maestria. Morceaux du dernier album (« What You Want », « XTC »…), titres références (« Jeffer », « Starter »…) et ses traditionnels remix… Tout y passe pour le plus grand plaisir du public qui en redemande. Un show brutal à l’énergie communicative portée par un jeu de lumières et de vidéos merveilleusement bien agencé. Un show terminatoresque.

Boys Noize – What you want
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

VITALIC brille de mille feux

VTLZR-1024-VITALIC-Aero-22.2.13-004web-600x400

Notre bien aimé Vitalic, nous t’attendions avec impatience. Toi, fleuron de la scène électro française, vieux de la vieille, le crâne chauve le plus célèbre de l’Hexagone avec Monsieur Propre, Bruce Willis, Fabien Barthez et Wax Tailor. Tu es toujours là et c’est peu dire que d’affirmer que tu envoies du bois. Un vrai bûcheron. Entouré d’une batterie et d’un clavier, tu as rayonné comme jamais. Une prestation de haut vol. Le mur de lumières qui t’accompagne est tout bonnement hallucinant, probablement du jamais vu depuis le live de Daft Punk. Le lightshow t’accompagne, danse, virevolte. Il donne du poids à ta musique et nous permet une évasion rare.  « Stamina », « La Mort sur le Dancefloor » avec Rebeka Warrior, « Poney Part.1 », « Second Lives ». Tu nous as servi un concentré de tes trois albums enrichi de quelques remix comme celui du savoureux « Sabali » d’Amadou et Mariam. Ton live est une véritable machine de guerre. Merci.

                 

Vitalic – Stamina
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

GESAFFELSTEIN : ce soir, tu vas prendre

gesaffelstein-live

Après Boys Noize et Vitalic, Gesaffelstein est le troisième gros nom de la journée. Nouvelle hype électro, le natif de Lyon propage une musique à l’univers sombre et violent comme le prouvent certains de ses titres aux noms évocateurs « Viol », « Depravity »… Alors oui, je veux bien que cet univers puisse plaire ; bien qu’il ne soit guère original dans le milieu de l’électro. D’ailleurs, la tombe devant laquelle Gesaffelstein mixe est d’une beauté effrayante. Mais franchement, à la vue de son show, je ne comprends pas comment peut-on qualifier ce DJ de génie, de petit prince de l’électro et autres appellations ridicules (n’est-ce pas les Inrocks ?). Aucune recherche de véritable mélodie, de la basse en veux-tu en voilà et une attitude que je déteste. Pas de sourire, pas d’échange avec le public, rien. Le type fait son truc et c’est tout. Dernier point noir : il ressemble beaucoup trop à Max Boublil pour être crédible en DJ de la mort. Une grosse déception pour nous qui attendions beaucoup plus.

                 Gesaffelstein – Atmosphere
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ZEDS DEAD : la structure de la déstructure

Zeds-Dead-live

Dernier concert de la soirée. Nos jambes sont en mousse et notre voix égarée mais nous répondons présents aux beats déstructurés du dubstep de Zeds Dead. Les canadiens nous livrent un DJ Set franchement sympa qui nous redonne le sourire et la pêche après la douloureuse expérience Gesaffelstein. Une motivation qui ne durera que trois quarts d’heure. Nous aimons bien le dubstep mais il faut avouer qu’après une longue journée de festival, à plus de quatre heures du matin, nous avons la vive impression d’écouter le même son en boucle. Ah bon ? C’est toujours le cas ?


Zeads Dead – Demons

5 heures du matin… Il est grand temps pour nous de plonger dans les bras de Morphée, les oreilles qui bourdonnent et le sourire aux lèvres ; et demain on remet ça !!

Loïc S.


Laisser un commentaire