L’histoire recommence là où nous l’avions laissé, au mois de juillet de l’année dernière, avec un constat des plus accablants : la flotte ça mouille et la boue c’est vaseux. Mais derrière cette vision désastreuse que peut nous offrir le ciel (je ne parle pas ici de la maison du seigneur car je n’ai pas tout compris dans la bible – fils de Dieu et en même temps son image… ça sent l’embrouille tout ça), il y a eu de belles choses sur l’histoire précédente : on a dansé, partagé, beaucoup bu et surtout beaucoup écouté. Alors quand on nous a prévenu que l’on participerait à l’édition 2013, nous n’avons pas moufté d’un poil et nous avons commencé à faire nos baluchons. En route pour Dour Festival !

Dour

L’année dernière nous avions fini le festival sur ce super bateau gonflable dernier cri pour un tour de lac des plus réjouissants. Mais aucun regret quant à  ce petit tour. Nous venions de vivre encore une fois un festival musicalement excellent. Nos organes épuisés ne suffisaient pas à calmer l’impatience que nous avions pour attendre l’édition 2013. Mais ça y est, « this is it » comme l’a dit ce poète afro-américain sur la jaquette de son DVD post mortem.

Dour 2012

Dour nous revoilà en juillet pour célébrer cette messe musicale de 4 jours accompagnés de plus de 120 000 pèlerins. Avec son staff d’accueil des plus gentils (belges oblige), nous serons sur place pour vous retranscrire en direct nos émotions, nos découvertes, nos coups de franche rigolade, ainsi que les litrons de bière bus qui vont nous permettre d’être les plus objectifs.

Pour cette année, nous avons l’apparition d’une nouvelle scène afin de mieux répartir la programmation et offrir plus de place à des festivaliers toujours en recherche d’espace pour se reposer de leur efforts physiques intenses (non et non, ce n’est point l’alcool qui les fatigue – d’ailleurs pour les plus sain(t)s, une légende dit qu’il y a de l’eau aux buvettes, mais comme à Lourdes, cela reste à prouver). Et pour être sûr de nous achever en 4 jours, il y aura encore plus de 200 artistes et groupes ; cela laisse un choix considérable. Il faudra donc user de curiosité et de mauvaises directions pour découvrir les pépites qui passent un peu partout.

Avec une équipe agrandie cette année, ITMM Belgique va être à son maximum. Frites, bières, repos, et surtout concerts, vont nous mettre plus bas que terre pour emmagasiner un maximum de souvenirs des plus joyeux. Alors si vous êtes sensibles à cela, n’hésitez pas à donner de l’argent à ITMM afin de payer une thalasso post festival (nous aurions besoin de beaucoup, on m’a parlé de très bonnes à Istanbul – avec logement inclus serait préférable).

Au fait, vu que c’est un festival de musique, nous allons parler de musique : 200 artistes, ça fait beaucoup. ITMM va donc faire une sélection pour vous des 30 artistes qu’il ne faudra pas rater. Là encore certains diront que nous en avons oublié certains, à cela je leur répondrai de venir au festival afin de confirmer leurs dires :

La sélection ITMM :

– Amenra (détails ici)

– Amon Tobin (détails ici)

– Beware of Darkness (détails ici)

– Black Sun Empire (détails ici)

– Bonobo (détails ici)

– Brutality Will Prevail (détails ici)

– Charles Bradley (détails ici)

– Comeback Kid (détails ici)

– Dan Deacon (détails ici)

– Darkstar (détails ici)

– Devendra Banhart (détails ici)

– Flume (détails ici)

– Flying Lotus (détails ici)

– Four Tet (détails ici)

– Gold Panda (détails ici)

– Gramatik (détails ici)

– Iggy Azalea (détails ici)

– Jurassic 5 (détails ici)

– La Coka Nostra (détails ici)

– Modeselektor (détails ici)

– Pelican (détails ici)

– Raketkanon (détails ici)

– Sub Focus (détails ici)

– The Experimental Tropic Blues Band (détails ici)

– The Horrors (détails ici)

– The Smashing Pumpkins (détails ici)

– Thee Marvins Gays (détails ici)

– Tomahawk (détails ici)

– Trentmoller (détails ici)

– Wu-Tang Clan (détails ici)

Et le line up complet, c’est par ici !

Il ne vous reste plus qu’à prendre vos places et venir : suivez les flèches jusqu’à la Belgique, passez la frontière et hop, vous y êtes ; c’est facile !

Et comme pour Dour Festival il n’y a que des certitudes quant à la qualité du séjour, l’incertitude météorologique n’aura encore une fois que peu d’importance. D’ailleurs le beau temps ça existe, la preuve :

Sans titre

Ah non plutôt ça :

Sans titre

Allez zou et rendez-vous pour tout le monde à Dour en juillet !

Pour les news sur le festival c’est par ici et pour le facebook c’est par ici.

Merci à Claire et Dorian pour le partenariat !

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire