django 2Un bon lecteur d’ITMM n’est pas sans savoir que le septième film (Kill Bill comptant pour un seul) de Quentin Tarantino, Django Unchained est visible sur les écrans français depuis le 16 Janvier en France. Un bon rédacteur d’ITMM se devait donc d’aller au cinéma le 16 Janvier, cqfd.

Comment « chroniquer » un film aussi attendu sans en dévoiler trop mais en vous donnant l’envie d’y aller pour en savoir plus? Est-il possible d’en dire beaucoup sans partir dans le spoil?

ITMM prend le risque et vous présente Django Unchained, en huit questions.

Pourquoi les films de Quentin Tarantino sont-ils toujours très attendus?

Quentin Tarantino fait partie de la faible part de réalisateurs dont tous les projets suscitent une grande effervescence et ce, depuis leur premier film. On retrouve dans cette catégorie (et pour les plus contemporains) des metteurs en scène tels que Fincher ou les frêres Cohen (Aronofsky, par exemple, a déjà eu le temps de nous décevoir, à plusieurs reprises). Tarantino lui, se détache car il ne livre de films que rarement. Lorsqu’il n’est ni en tournage ni en promotion, les rumeurs les plus folles et les plus ambitieuses ont pris l’habitude de circuler autour de son nom. On a parlé d’un Kill Bill 3 (qui verrait la fille de Beatrice Kiddo affronter celle de Vernita Green), d’un préquel à Inglorious Basterds nous racontant les folles années d’Aldo Raine) ou encore du serpent de mer Vega Brothers qui réunirait Vincent Vega (Travolta dans Pulp Fiction) et Victor Vega (Madsen dans Reservoir Dogs) plus connu sous le surnom de Monsieur Blonde.

Chaque film de Quentin Tarantino est donc un évènement et ce pour une raison très simple: Tous ses films précédents ont été des réussites. Evidemment, certains ont pu décevoir mais jamais un mauvais film, à proprement parler n’a été à mettre à son crédit. Même lorsqu’il n’a aucune actualité, Tarantino continue d’alimenter les fantasmes. La preuve que nous avons affaire à un metteur en scène déjà culte.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi Django Unchained aurait pu durer 6h?

Je ne trahirai aucun secret en disant que Django Unchained dure plus de 2h30. Une durée « classique » chez Tarantino qui nous a habitué à prendre le temps de poser les situations, d’installer ses dialogues ciselés et de présenter ses personnages, entre autres choses. Cependant, s’il est un trait commun à tous ses long-métrages c’est qu’ils comptent beaucoup de protagonistes au sujet desquels on ne sait pas grand-chose mais qui, dans cet instant précis, restent tout de même très savoureux et donnent envie de s’y intéresser. A part pour ses rôles principaux il ne fouille que très rarement dans le passé de ses personnages. Une légère frustration quand on pense aux rôles interpretés par Samuel L. Jackson, Leonardo diCaprio ou même Christoph Waltz qui auraient mérité un film chacun. Nul doûte que Tarantino a en tête une biographie précise de chacun d’entre eux. Ce qui lui permet de disseminer ça et là des indices quant à ce qu’ils ont été « avant le film ». Django Unchained aurait donc pu, comme d’autres films de même réalisateur, durer 6h, ou devenir une trilogie, voire même une série (on y trouve plus de matière que dans beaucoup d’entre elles, ce qui n’est pas propre à tous les long-métrages sortis dernièrement). L’une des grandes qualités de ce film réside dans le fait que malgré sa durée pouvant rebuter les fumeurs il ne souffre d’aucune longueur, jamais. En près de 3h, Tarantino n’est même pas capable de s’essoufler. Une véritable performance.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi il n’y a pas de rôles mineurs chez Tarantino?

django 6Cette question et sa réponse font bien évidemment échos à la précédente. Le propre d’un film de Quentin Tarantino c’est aussi de proposer une galerie de gueules, de personnages voués à devenir cultes voire même plus populaires que les personnages principaux de film auquel ils appartiennent. Chez ce metteur en scène tous les rôles ont leur importance. Et si certains peuvent être considérés comme principaux (Beatrice Kiddo, Jackie Brown, Mr. Orange…), la plupart n’ont pas l’honneur d’être des héros, sans pour autant être de simples faire-valoirs. Qu’il s’agisse de Stephen dans Django Unchained, de Mr. Blonde Dans Reservoir Dogs, de Wolf dans Pulp Fiction et surtout de Hans Landa dans Inglorious Basterds, tous sont des personnages cultes ou en passe de le devenir. Le respect du détail, des personnalités, de tout ce qui fait un fim abouti, c’est cela qui différencie Tarantino de la plupart des autres réalisateurs. Chez lui chaque plan est un tableau, chaque comédien est important. Tant et si bien qu’il est parfois compliqué d’identifier un rôle principal dans la mesure où les rôles les plus marquants ne sont pas obligatoirement les plus vus à l’écran. ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi Christoph Waltz est-il en train de devenir l’un des très grands comédiens du 21ème siècle?

django 3Tout d’abord merci. Merci monsieur Tarantino de vous être enfilé des épisodes de Derrick et de Rex à un moment ou un autre de votre vie. Merci d’avoir su déceler un véritable talent en sommeil chez un acteur allemand évoluant jusqu’à il y a peu dans des programmes de seconde zone. Difficile (quoiqu’amusant) d’imaginer ce moment où Christoph Waltz a entendu son agent lui dire « Tarantino veut te voir, pour un rôle de SS a priori ». A cet instant Waltz devait penser à un second rôle, pas à remporter une palme de meilleur acteur à Cannes. Car le rôle de Hans Landa c’est du bonheur, bien entendu. Un génie diabolique et multilingue doté d’une classe, d’un humour et d’un flegme affolants.

Pour Django Unchained Christoph Waltz retrouve celui qui l’a révélé au grand public ainsi qu’un rôle à sa hauteur. Il faut dire qu’en parlant plusieurs langues tout en gardant son accent d’origine et cette attitude pleine de cynisme, il ne peut pas se tromper. C’est cependant bien lui qui donne de l’épaisseur au personnage, qui en fait ce que l’on voit à l’écran. Imaginez un autre acteur à sa place et vous comprendrez à quel point il porte le rôle sur ses épaules, dans chacun de ses films (encore plus dans Django Unchained dans la mesure ou le personnage est moins fascinant que dans Inglorious Basterds). Un acteur avec autant de charisme, sans jamais vraiment donner l’impression de trop en faire, il est clair que l’on n’en croise pas tous les jours. Et tant que des rôles de psychopates/chasseurs de primes cyniques existeront, tant que des metteurs en scène lui accorderont leur confiance, Christoph Waltz restera l’un des plus grands comédiens vivants.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi les B.O présentes dans les films de Tarantino sont-elles toujours aussi bonnes?

Image 1L’une des constantes dans les films de Quentin Tarantino se sont ses bandes-sons de qualité, toujours. On y retrouve des classiques comme Nancy Sinatra (Kill Bill) mais aussi des morceaux issus d’autres bandes originales, signées Ennio Morricone pour beaucoup d’entre elles. L’un des héritages de la culture western spaghetti de Tarantino, bien évidemment. Les B.O de ses films comportent également leur lot de chansons « originales », en particulier depuis sa rencontre avec Rza (le son du Wu Tang c’est lui) à l’époque de Kill Bill. Rza qui partage avaec Tarantino la passion du film de genre, qu’il mette en scène des samouraïs ou des cow-boys. Pour Django Unchained on retrouve tous ces ingrédients. Du Morricone pour la scène d’ouverture, une Ode à Django par Rza et surtout, du hip-hop. Mis en lumière par Rick Ross et Tupac pour l’occasion (Un mash-up Tupac/James Brown, époustouflant). Alors oui, hip-hop et western c’est anachronique, j’en conviens. Mais toutes les oeuvres de Tarantino sont anachroniques et ce pour une raison bien précise: Quentin Tarantino évolue dans sa propre dimension. Une dimension dans laquelle Django (le personnage pas le film) peut petre considéré comme l’un des fers de lance de l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis. Une dimension où Hitler a été tué dans un cinéma français, par une jeune femme juive avide de vengeance. C’est donc en s’affranchissant d’une certaine forme de logique, en créant sa propre histoire du monde, que Tarantino peut se permettre de tels « écarts » musicaux. Ne parlons donc pas d’anachronime mais d’une chronologie propre à l’esprit d’un artiste.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi cette polémique autour d’un quelconque racisme dans le film?

django spike leeAvant toutes choses il convient de savoir d’où vient la « polémique ». Beaucoup d’entre vous savent déjà que c’est Spike Lee qui a dégainé le premier en annoncant qu’il n’irait pas voir ce film par respect pour ses ancêtres. Alors déjà, on se fout un peu de l’avis de quelqu’un qui n’a pas été foutu de réaliser un film potable depuis au moins dix ans (un peu comme si Steven Spielberg venait donner son avis sur Inglorious Basterds). Mais le véritable problème c’est que là ce n’est pas le metteur en scène qui est interrogé mais le défenseur de la « cause noire » aux Etats-Unis. Aucune objection, il peut donner son avis. Mais pour cela il faut avoir vu le film, c’est tout de même le minimum, faut pas déconner. Un retour en arrière nous permet de comprendre que ce genre de polémique remonte à plus loin. Déjà à l’époque de la sortie de Jackie Brown, Spike Lee s’était ému de la trop forte présence du mot « nigger » (moi je l’écris en entier étant donné que je cite et que je suis pas américain). Alors pourquoi pas, cependant la défense de Tarantino avait été implacable. Ce dernier réclamant le droit d’inventer les personnages de son choix, avec leur propre vocabulaire. Un argument qui se tient pour le coup. Que Spike Lee exprime un profond respect pour les esclaves et leurs descendants est tout à fait normal. Qu’il s’outre sans savoir de quoi il parle est un autre problème. Vient ensuite la polémique concernant les figurines représentant les personnages du film. « On ne s’amuse pas de l’esclavage ». C’est vrai. Mais est-ce que les enfants ont attendu aujourd’hui pour être cruels envers leurs jouets (enfants qui n’auront sans doûte même pas vu le film, contrairement aux geeks, plus agés, qui eux ne jouent pas avec leurs jouets)? Combien de G.I Joe brulés hein? Et sans plus polémiquer je peux vous assurer que les personnages noirs de Django Unchained sont, pour la plupart, des héros/victimes, excepté Stephen (encore que), interpreté par Samuel L. Jackson. Et quand on « connait » un minimum Jamie Foxx ou Samuel L. Jackson on est en droit de penser qu’ils n’iraient pas se compromettre dans une oeuvre raciste, de près ou de loin.

Pour finir ce chapitre je ne conseillerai que trop à Spike Lee de se remettre à faire des (bons) films plutôt que de critiquer ceux qu’il ne regarde pas si il veut qu’on parle de lui.
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi Django Unchained peut être considéré comme le meilleur Tarantino?

Django Unchained marque un tournant dans la filmographie de Quentin Tarantino. Même si le Golden Globe du meilleur scénario est un brin exagéré (voire très exagéré) il n’en demeure pas moins vrai que cette dernière oeuvre semble être la plus aboutie. Certes on a ici encore affaire à une histoire de vengeance (Kill Bill, Inglorious Basterds…) mais le côté fresque, grands espaces et personnages ambigüs de prime abord donne une dimension assez nouvelle. Le photographie est vraiment à mettre en lumière, c’est ce qui frappe le plus lorsque le film débute. Et l’on retrouve bien évidemment ce que l’on a toujours aimé dans l’oeuvre de Quentin Tarantino à savoir des dialogues exceptionnels melés à des scènes d’une rare violence. Une violence plutôt comique, comme pouvaient l’être les geisers de sang de Kill Bill. On retrouve ici des personnages prenant des reculs de cinq mêtres lorsqu’ils se font « gun shooter » ce qui fait sourire plus fermer les yeux de dégoût. Pour Tarantino la violence a toujours semblé amusante, un prétexte à raconter des histoires plus complexes qu’elles n’y paraissent de prime abord. Django Unchained donne à son metteur en scène l’opportunité d’assembler tous les ingrédients qui ont toujours faits sa force, sans certaines fioritures du passé (Mélanie Laurent, si tu me lis…). Le casting est impeccable, l’image travaillée et une polémique vient même alimenter le tout. Que demander de plus? Un prochain film oui. Et même si on doit attendre cinq ans.

django 1///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pourquoi Django Unchained raflera sans doûte un Oscar?

Parce qu’il est produit et distribué par Harvey Weinstein.

Vous l’aurez sans doûte remarqué, cet article ne contient que très peu d’objectivité. C’est qu’à force de lire les Inrocks, Telerama ou autres médias bobo-hipsterisants, j’ai fini par en déduire qu’il s’agissait de la norme. Voilà pourquoi, même sans en faire une réelle critique, sans donner de note, d’étoile ou de T ( je n’estime pas avoir cette exceptionnelle légitimité), je me suis permis, par le biais de questions de rhétoriques, cette apologie de Quentin Tarantino: le metteur en scène d’une génération, ma génération.

Arnaud


Laisser un commentaire