L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Le Fantôme de Canterville –

Pourquoi… Oh mon dieu !

Michaël Youn qui joue un fantôme tentant de faire partir des visiteurs d’un château hanté en les effrayant… Un film dont le tournage est fini depuis deux ans (très très mauvais signe) et dont le pitch ressemble à s’y méprendre à ce que l’on a déjà vu, lu, entendu et vu un bon million de fois avec également Michèle Laroque à la distribution (on ignore ce qu’Audrey Fleurot est venue faire dans cette galère en revanche) et un tâcheron (Yann Samuell) à la réalisation. Une promo quasi-inexistante et une direction artistique visiblement à vomir. Tout est réuni pour faire de ce long-métrage le gros navet des sorties de la semaine. Sauf si… Non, c’est quand même pas cette semaine la sortie de… Si ???

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Gods of Egypt –

Pourquoi les maisons de production se sentent obligées de faire n’importe quoi.

La course à la surenchère n’est pas un phénomène nouveau, qu’il s’agisse des productions hollywoodiennes comme françaises (voir ci-dessus/dessous). La maison Disney et ses films Marvel a mis la barre très haut en regroupant par exemple plusieurs de ses héros (comme dans les comics, certes), en créant des liens entre tous les films sans compter toutes les séries qui arrivent et en enchaînant les succès commerciaux. La même chose va se passer avec le DC Universe et la franchise Star Wars, on en a eu les premiers échantillons lors des dernières semaines. Alors foutu pour foutu on ressort les vieilles ficelles et une histoire digne d’un de ces vieux films de l’âge d’or hollywoodien, celui où Cecil B. DeMille était considéré comme le meilleur metteur en scène au monde, celui où les films relataient les petites histoires des dieux, ni plus ni moins. Le charme désuet des effets normaux de l’époque laisse ici sa place à une grosse grosse machine dénuée du moindre sentiment et qui risque de souffrir d’un premier degré visiblement bien trop présent dans les premières images entrevue ça et là. Du gros spectacle réalisé par Alex Proyas, celui-là même qui nous avait pourtant offert le magnifique Dark City. Et dire qu’on allait dire qu’il nous manquait.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Les Visiteurs – La Révolution –

Pourquoi on va assister à un chef-d’oeuvre.

Une franchise dont les derniers films laissaient à penser qu’il y avait matière à en faire d’autres tout en restant dans une véritable logique de qualité, un casting quatre étoiles composé d’acteurs au sommet de leur gloire, un metteur en scène qui enchaîne les succès depuis maintenant plusieurs dizaines d’années, les réussites critiques et financières des Bronzés 3 et des Trois Frères 2 qui prouvent que la nostalgie fonctionne toujours, une bande-annonce qui met l’eau à la bouche de par ce qui ressemble à une finesse scénaristique sans précédent, un humour totalement actuel, dans l’air du temps, une histoire que l’on avait envie de voir portée sur grand écran depuis maintenant trop longtemps et des références aux anciens films qui nous avaient franchement manquées (ce « jour/nuit/jour/nuit », quel régal, quelle maîtrise du comique de répétition).

Non vraiment, on sait désormais tous ce qu’on fait ce soir.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Laisser un commentaire