retour vers le futur

 S’il est un fait avéré c’est bien que la redaction d’ITMM est composée de jeunes branleurs nés entre 1984 et 1990, en gros. C’est pourquoi cet article se voudra générationnel et évoquera ce qui a fait notre jeunesse. Oui, votre jeunesse à vous aussi, bande de lecteurs. Car chez InTheMorningMag, nous savons bien que nous ne touchons que très peu les écoliers et encore moins les sexagénaires.

Vous rappellez-vous avec une pointe de nostalgie, de l’époque où tout était beaucoup mieux? Ne vous faites-vous jamais cette réflexion de vieux con (alors que vous avez 25/27 ans): « ça c’était quand même bien mieux quand j’étais plus jeune? ». De la télévision aux études en passant par le sport, tout change, bien évidemment. Et chacun estime et estimera toujours que son « époque », sa « jeunesse », étaient les meilleurs. Le tout avec une grosse dose de mauvaise foi, bien évidemment (avertissement: cet article contiendra pas mal de mauvaise foi, en toute logique).

1- Pourquoi aujourd’hui nous sommes tous (de près ou de loin) devenus des putains de geeks.

sonic

Souvenez-vous, vous aviez 5/10 ans et pour noël ou votre anniversaire on vous a offert un truc révolutionnaire. Un gros objet rectangulaire (ou carré) en plastique dans lequel on pouvait mettre des cartouches. Si vous étiez en enfant un minimum « classique » vous avez dû vous demander ce que c’était, dans un premier temps, puis vous avez passé des heures devant votre télé cathodique, comme un idiot, à tenter de sauver une princesse, à amasser un maximum d’anneaux en or avant de « tuer » Robotnik (mais pourquoi était-il aussi méchant?) ou encore à tirer sur des canards alors qu’un abruti de chien attendait votre échec pour se foutre ouvertement de votre gueule. Ces moments vous les avez découverts relativement jeune, a priori et si vous n’avez pas de copine vous n’avez jamais vraiment su vous arrêter.

-Pourquoi les jeux vidéos d’hier n’ont rien à envier à ceux d’aujourd’hui.

Pas mal de nouveaux jeux demandent une connexion internet (légale et officielle en plus) ce qui, quelque part, exclu d’office certaines personnes (les pauvres donc). De plus, rien de réellement innovant en terme de scénario ou d’univers. En réalité la seule véritable trouvaille technologique se trouve dans la manière de jouer. La Wii, la Kinect, le Playstation Move ont sû imposer quelque chose de nouveau. L’immersion et l’engagement dans le jeu en deviennent forcément plus puissants. Cependant, si on avait envie de faire des efforts on bougerait notre cul du canapé, on jouerait pas à des jeux vidéos.

2- Les films de notre jeunesse nous ont aidé (si si, c’est vrai).

home alone

Pour commencer, remettons les choses dans leur contexte. Nous avions tous chez nous un magnétoscope et une collection plus ou moins conséquente de VHS. Le fait même d’avoir recours à ce support nous forçait à nous taper les mêmes films, en boucle, assez souvent. Lorsque l’on s’achetait une nouvelle cassette vidéo (ou que l’on enregistrait les films diffusés à la télévision) on ne pouvait s’empêcher de la visionner une bonne dizaine de fois avant d’en être dégouté, pour un laps de temps variable. De plus, les films que l’on regardait à l’époque avaient tout de même une belle gueule. Les Retour Vers le Futur, Indiana Jones, Maman j’ai raté l’avion ou autres films d’action type Die Hard c’était quand même sympa. Du divertissement, pour tous les âges, des acteurs au sommet et des messages distillés de ça et là (méfiez-vous des russes étant une sorte de running gag). Non, vraiment, on ne nous prenait qu’à moitié pour des cons à l’époque. Et c’est de beaucoup de films de cette époque que sont tirés des répliques encore cultes aujourd’hui. Pas un hasard.

– Le cinéma de nos enfants/ados sera oublié dans peu de temps.

On aurait naïvement pu croire que le cinéma n’aurait de cesse d’évoluer, inexorablement…Et bien non. Aujourd’hui nous en sommes au 48ème American Pie et les adolescentes se tripotent devant des vampires et des loups-garou. C’est fou les conneries que l’on peut instaurer dans un cerveau en cours de formation. La méthode est efficace mais dangereuse. Enfin, pas pour les studios, jamais. Ce qui est grave c’est également le fait que l’on puisse distiller certaines idées, politiques ou religieuses dans les têtes de nos jeunes. Que Twilight soit un hymne mormon à la chasteté avant le mariage ne semble désormais plus choquer personne.

3- Pourquoi on s’est mis à aimer le sport.

michael jordan

Ronaldo, Michael Jordan, Magic Johnson, Carl Lewis, Ben Johnson, Zinedine Zidane, la Coupe du Monde 98, l’Euro 2000, Pete Sampras… De nombreuses légendes du sport ont connu le pic de leur gloire alors que nous n’étions que des gosses. Les premières performances surhumaines, les premiers frissons inexplicables lors des premiers Slam Dunk Contests diffusés sur Canal Plus. Une forme de romantisme se dégageait alors de certaines disciplines incarnées par ceux qui, aujourd’hui encore, restent de grands champions.

– Pourquoi tout aujourd’hui semble moins passionné.

LeBron James, Usain Bolt, Rafael Nadal, Lionel Messi, C. Ronaldo, les sélections espagnoles… Il faudrait être d’une extrême mauvaise foi pour ne pas reconnaitre que jamais tel niveau de performance n’avait été atteint. Le fait est que, dans ce cas précis nous n’avons à faire qu’à des performers, des athlètes aseptisés. Entre Cristiano Ronaldo qui fait soi-disant 3000 abdos par jour, Messi qui marque près de 100 buts en un an, la sélection espagnole de football qui est chiante à regarder mais qui rafle tout ou encore Bolt qui tel Starsky ou Hutch gagne toujours à la fin on peut dire que l’amour (du sport) est mort. Pas de tâche, rien ne dépasse et tout est horriblement ennuyeux. Pire, il semble bien que les surprises dans les compétitions sportives ne soient plus qu’un lointain souvenir.

4- Quand on était gosses on se gavait comme des porcs et pour quedalle.

pogs

10 francs…L’un de vos parents vous donnait 10 francs avant ou après l’école, comme ça, pour vous faire plaisir. Et autant le dire tout net, avec cette somme on pouvait faire des folies, impressionner les potes avec des cartes DBZ ou des Pogs voire même rincer toute la classe niveau bonbons. Les buralistes étaient heureux, les enfants avaient des caries avant d’avoir perdu leurs dents de lait et on possédait des collections d’à peu près tout et n’importe quoi. Le plus beau restant tout de même que cet argent n’était (presque) jamais mérité. Soyons honnêtes, ranger sa chambre, être poli ou mettre la table, ça n’est pas une profession. Enfin, pas quand on a 8 ans.

– Pour 10 balles t’as plus rien.

Tentez l’expérience, ramenez vous avec 1,5 euros dans un bureau de tabac/presse et achetez un maximum de trucs. Vous pourrez, au choix, repartir avec un paquet de feuilles longues ou un briquet. Souvenez-vous qu’il fût un temps où, pour 10 francs  vous aviez un paquet de 10 cigarettes. Aujourd’hui, 1,5 euros c’est 4-5 clopes grand max, ce que tu lâches en une soirée à quelques jolies filles qui trainent. Le pire c’est qu’on bosse pour ce pouvoir d’achat de merde. Pas forcément beaucoup mais on bosse…

La suite la semaine prochaine avec au programme la drogue, la drague, la politique et tant d’autres sujets…

Arnaud


Laisser un commentaire