IMG_0118 - Copie

Il semblerait donc que la scène électronique ait une légère tendance à se développer par ici. Non détrompez-vous malheureux, nous ne sommes pas en direct de la capitale mais bien à Toulouse où une poignée de passionnés s’acharnent à faire bouger les choses. Plutôt une réussite. On pense notamment à l’association La Petite, aux soirées Club Voodoo, aux Siestes Electroniques, au festival Electro Alternativ mais aussi au collectif Boussole qui fournissent tous des artistes de qualité lors de leurs prestations. On peut donc désormais compter un nouveau venu parmi eux et son petit nom est le Video Club. Leur week-end d’inauguration a eu lieu il y a un peu plus d’une dizaine de jours. On pouvait entre autre y croiser du joli monde puisqu’il y avait de présent le Dj résident Derstag, The Hacker ainsi que la fameuse Louisahhh!!! C’est au set de cette dernière que nous avons assisté. On y était. On vous raconte.

Première bonne nouvelle, on apprend qu’on pourra s’en mettre plein les oreilles jusqu’au petit matin puisque le Video Club ferme ses portes à six heures du matin. Oui on se réjouit de savoir qu’on ne rentrera pas chez soi à trois heures du matin, déprimés par une fin de soirée bien lancée qui se termine de façon trop sobre et surtout trop tôt. IMG_0067 - CopieLes portes se sont ouvertes à minuit pétante. Ambiance plutôt timide où tout le monde se regardait et où personne n’osait visiblement encore se déhancher. Le lieu n’est pas très grand et présente une décoration assez épurée. Deux bars, un étage et un écran. Au loin perché derrière ses platines, on pouvait distinguer les traits d’un blond à lunettes portant un tee-shirt Bromance : il se nomme Derstag. Dj résident du Video Club, il impressionne avec une sélection de sons éclectiques qui s’étale sur presque plus de quatre heures. Une prestation de haut vol qu’on salut et qui suffit à captiver une foule qui se fait petit à petit plus nombreuse. Trois heures du matin, l’impatience se fait sentir, l’excitation aussi. Verre à la main, pointe des pieds levée, on commence à hurler : oui le public réclame définitivement sa Louisahhh!!!

Seule fille de l’écurie Bromance fondée par Brodinski et Manu Barron, Louisahhh!!! est devenue une clubbeuse incontournable de la scène électro féminine. On l’avait découverte avec son Bromance Summer Mix où inspiration, expiration et mots sensuels se mêlaient copieusement. Une invitation à un rendez-vous d’une trentaine de minutes, soigneusement bidouillées, qui ne donnait envie que d’une chose après l’avoir écouté en boucle : la voir mixer en live. IMG_0453 - CopieC’est donc de façon très attendue que Louisahhh!!! a fait son arrivée derrière les platines, Derstag lui laissant la place pour un set incroyable qui durera plus de deux heures. Ambiance chaude, glaciale, glaciale puis chaude. Oscillant entre des grosses nappes son mais aussi des transitions et des passages plus fins, Louise, de son vrai prénom, s’est montrée à la fois très professionnelle et accessible. Sourire aux lèvres, bras en l’air, Louisahhh!!! a su faire danser son public sans le moindre artifice parce qu’elle a une véritable présence lorsqu’elle triture ses boutons. Dans les nombreux samples entendus, on retrouvait notamment le célèbre Let The Beat Control Your Body, le nerveux Nobody Rules The Streets ou encore quelques extraits de son premier EP qui s’intitule Transcend. Parce que Louisahhh!!! ce n’est pas qu’une artiste qui fait dans la simple techno, c’est aussi une voix qu’elle n’hésite pas à poser sur ses compositions et aussi sur ses différentes collaborations.

Avis à tous les amateurs de bon son, Louisahhh!!! est une superbe héroïne qui mérite son triple H et le Video Club deviendra sous peu un lieu incontournable en matière de soirée électroniques sur Toulouse, avec une programmation riche et pointue. A noter la venue de Synapson ce week-end et celle de Bostun Bun celui d’après. Du très lourd en perspective. Paris n’a qu’à bien se tenir. Mes remerciements à Sandrine et Julien pour les accréditations.

Lucille.C

 


Laisser un commentaire