C’est durant son Big TV Tour que White Lies s’arrête pour deux soirs à l’Ancienne Belgique de Bruxelles. Ayant enregistrés deux albums et toujours connu le succès dans le plat pays, les trois anglais sont attendus au tournant.

White Lies Head

La première partie est assurée par un groupe de Los Angeles, In The Valley Below. Malgré le fait que ce duo américain, en quatuor sur  scène, semble avoir un peu de mal à faire entrer le public dans leur univers, c’est une bonne surprise musicalement parlant. Le travail de l’ingénieur du son n’aide pas, et c’est dommage car on sent ici une belle musicalité à travers leurs chansons teintées d’un romantisme très sombre. À découvrir donc, même si ce show ne restera pas dans les annales. La salle se remplie, et il est temps de passer aux choses sérieuses !

21h pétante, le rideau se lève. Je ne savais pas trop quoi attendre de ce concert. Possédant les trois albums des anglais et les ayant un peu côtoyé en studio, leur musique me touche, mais je craignais un peu certains points. Et il semblait que j’avais vu juste.

Le groupe entame fort avec « To Lose My Life », l’un des singles du premier album. La salle réagit assez bien, car le morceau est efficace, malgré une dommageable baisse de tempo par rapport au disque. L’inverse aurait été grandement appréciable, mais là du coup ça traine un peu les pieds. Pas grave, on enchaine directement avec « There Goes Our Love Again », single du dernier album. Malgré une maitrise parfaite de la part des anglais, le public ne réagit pas vraiment. Etrange, étrange, mais tout va s’expliquer au fur et à mesure du déroulement du concert.

White Lies inside

Rejoins pour les besoins du live par deux instrumentistes supplémentaires (un claviériste et un guitariste/claviériste), le trio composé de Jack à la batterie, Charles à la basse et de Harry en guitariste chanteur, continu avec « A Place To Hide », puis « Mother Tongue ». Une alternance entre morceau du premier et du troisième album qui s’arrête pour laisser place à « Streetlights » issu du second disque, généralement moins apprécié. L’Ancienne Belgique, sold out pour l’occasion, va se réveiller sur « Farewell To The Fairground », là encore single du premier album. Les belges remuent enfin leurs popotins et ça fait plaisir à voir, malgré une interprétation du morceau écorchée de quelques erreurs. « Be Your Man » corrige le tire, mais cette fois ci la foule n’accroche pas ! C’est alors que je comprends que les titres du dernier album (dont là tournée est quand même question) ne sont pas connu par le public, qui semble s’être arrêté sur le premier album de 2009 …

L’impression se confirme dès le titre suivant « E.S.T. ». On apprécie le jeu des lumières durant ce titre, et même durant la totalité du concert, la vidéo, un peu moins … Harry parle très peu entre les titres, tout juste pour présenter la chanson suivante, ou remercier le public. « The Power & The Glory » permet un petit break plus aérien, pas désagréable. Charles, le bassiste, chante énormément de chœurs depuis le début du concert, sans vraiment réussir à convaincre. L’enchainement continue avec « Getting Even », puis la première chanson du groupe, « Unfinished Business » dont la salle reprend le refrain en chœur. Harry annonce « Goldmine » ensuite, en expliquant que ce n’est que la seconde fois qu’elle est jouée live. Le groupe semble pourtant bien assuré et la chanson est très bien interprétée.

White Lies Covers

Les deux musiciens additionnels partent le temps d’une reprise de Prince, « I Would Die For You ». Boite à rythmes, glockenspiel, basse et Harry au clavier (et chant bien sur), le groupe se fait plaisir avant de lancer le dernier rush avec « Space I » prélude à « First Time Caller » et surtout « Death ». Ca y est, je reconnais l’Ancienne Belgique, le public saute, les mains frappent les unes dans les autres, les gens chantent les paroles … Sauf que c’était la dernière chanson du set ! Le groupe ne laisse pas passer trop de temps avant de se lancer dans un rappel, et grand bien leur en fait car l’énergie développée lors du titre précédent est conservée. « Big TV »  puis « Bigger Than Us » vont bien cloturer cette soirée en demi teinte.

En effet, je ressors de ce concert vraiment partagé. Les chansons du dernier album étaient beaucoup mieux maitrisées et interprétées que celles du premier et à l’inverse, le public n’aura au final réellement réagi qu’aux anciennes chansons. Je trouve ça vraiment dommage, l’ambiance aurait pu être bien meilleure !

Par PEL

Setlist :

  • To Lose My Life
  • There Goes Our Love Again
  • A Place To Hide
  • Mother Tongue
  • Streetlights
  • Farewell To The Fairground
  • Be Your Man
  • E.S.T.
  • The Power & The Glory
  • Getting Even
  • Unfinished Business
  • Goldmine
  • I Would Die For You
  • First Time Caller
  • Death
  • Big TV
  • Bigger Than Us

 


Laisser un commentaire