Alors que mon comparse Polo jouit des oreilles dans la grande salle de l’Ancienne Belgique en compagnie de Black Rebel Motorcycle Club, je me rends dans l’AB club pour une soirée placée sous le signe du rock n’ roll, de la bière et de la sueur. Et c’est bien recouverte de ces deux substances que je vais rentrer chez moi…

el-doom

Je rentre dans la salle déjà bien remplie pour une heure aussi avancée et le groupe norvégien El Doom & The Born Electric a déjà pris place sur scène. Je vois en effet tout un groupe de cowboys avec un chanteur qui fait des blagues salaces. Ouais, le premier mot que j’entends en cette soirée de lundi de Pâques sera « vagina ». On me racontera plus tard que le leader essayait juste de vendre son merch à des filles en expliquant que pour chaque article acheté, il signerait un autographe sur la partie du corps souhaitée, et qu’à partir de 50 euros d’achat, il ferait ça avec sa bite dans leur vagin. Bonne ambiance ! Le groupe enchaînera là-dessus avec des morceaux bien sentis, malgré un chant un peu limite à mon goût. Trop clair, pas assez rauque (ou rock, c’est selon). Car certes, ça sent le barbecue et la bonne vieille musique entre folk sudiste et blues sale, mais il manque un truc pour que ce soit très bon. Dommage, car le chanteur a un chouette charisme, et la formule est plutôt bonne avec deux guitares, une basse, une batterie et un synthé qui balance des sons à l’ancienne qui ne sont pas pour me déplaire. Ils feront tout de même bouger quelques têtes et quitteront la scène sous des applaudissements rassurants.

Truckfighters-Sweden-2012

Le temps de boire une bière ou deux, et c’est les membres de Truckfighters qui enchaînent. Toujours venus du nord, mais cette fois de Suède, le groupe joue un bon rock aux accents 70’s, entre stoner et psyché. Et dès le premier morceau, on voit tout de suite que leur musique correspond plus aux attentes du public. C’est lourd, lent et à la fois, il y a un coté frais qui se dégage de tout ça. Le chant est très justement placé, et le guitariste nous offre un spectacle assez délectable. En effet, la folie l’emporte, et il ira même jusqu’à traverser la salle de long en large avec un sourire niais à faire pâlir les musiciens les plus enjoués. En tout cas, avec Truckfighters (« certainement le meilleur groupe du monde » dixit leur merch), pas de fioritures : un trio, basse, guitare, batterie, et basta. On se laisse vite emporter par les solos de guitare qui, à ma grande surprise, ne m’ennuient pas, mais donnent au contraire un certain charme à l’ensemble. De plus, la batterie sonne très fort et part souvent dans des montées un peu folles qui donnent parfois l’impression que le batteur la joue solo, perdu dans son inspiration. Malgré tout, je n’aurais pas pris la claque escomptée. Je ne connaissais pas vraiment, mais je pensais que ce serait plus puissant et mémorable comme prestation. Enfin ils ont quand même bien fait leur travail, et on est maintenant fin prêt pour le set de Kvelertak.

Kvelertak

Ils arrivent sur scène pile à l’heure, et je suis rassurée de voir que le chanteur porte toujours son mythique gilet en cuir sans manches, ouvert sur son torse poilu et son ventre un peu gras. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Kvelertak a été le groupe sensation de ces deux dernières années. Là encore venus tout droit de Norvège, ils font une musique qui est un subtil mélange de hard rock à l’ancienne (on pense parfois à AC/DC) et de métal moderne. Les membres du groupe sont d’ailleurs à cette image, entre vieux rockeurs un peu beaufs et jeunes beaux gosses tatoués. Au-delà de ces commentaires superficiels, le groupe rentre dans le vif du sujet d’entrée de jeu : pas de bonjour, aucun commentaire, rien. Sauf du gros son. Et ça va durer pendant 1h. En plus, que se réjouissent les fans du premier EP, ils ne joueront que trois morceaux du dernier album, un peu trop « compliqué » selon certains fans de la première heure. Perso, pour moi, Kvelertak est un groupe de live que je n’ai jamais écouté à la maison, et je n’ai pas vraiment vu de différence. J’ai juste une fois de plus apprécié au plus haut point leur prestation qui rappelle qu’il est encore possible de faire du son qui change de tout ce qu’on connaît. Pourtant c’est plein d’influences, mais ce groupe a un petit quelque chose qui fait toute la différence. Alors si vous êtes amateurs de grosses guitares (en plus ici il y en a trois sur scène, rien que ça !) jetez vous vite sur leur musique, et courez  les voir dans une des nombreuses salles obscures par lesquelles ils passent !

Merci à Kévin pour l’accréditation, ainsi qu’à toute l’équipe de l’Ancienne Belgique pour l’organisation de ce concert revigorant !

Hellisha

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire