Par Léo

Alors que 21h sonnait tranquillement pour Big Ben, la pression et l’émotion montaient à grande vitesse pour le London Olympic Stadium. La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres était sur le point d’ouvrir le show… et quel show !

Un spectacle était mis en scène Danny Boyle lui même, entre autres le réalisateur de Petits Meurtres entres amis, Trainspotting ou encore le film qui lui a valu l’Oscar du meilleur réalisateur, Slumdog Millionnaire.

Reprenant l’histoire du Royaume-Uni, le show fut royal. Planté dans un décor très campagnard du 19ème siècle où les paysans s’occupent de leur potager et vivent dans de petites communautés calmes et paisibles, les années passent et l’industrialisation apparaît petit à petit avec des mineurs aliénés sortant des racines de l’arbre perché en haut de la colline. Ils sortent par centaines et retirent le décor de la prairie dans un rythme militaire et déterminé. Les hauts de formes font leur apparition, ces grands hommes à grosses pattes et gros cigares qui ont développé l’Angleterre et mis en œuvre toute l’ère industrielle et ses cheminées d’usines imposantes fumant sur le paysage devenu urbain. Une mise en scène calée au millimètre près qui donne des frissons et se révèle être beaucoup plus spectaculaire que ce que nous avions espéré.

Le nombre d’apparitions de célébrités a été un record avec la plus prestigieuse d’entre elles… Dérangée dans son bureau par un certain M. Bond, James Bond (qui n’est autre que Daniel Craig)… La Reine Elisabeth II apparaît comme personnage principal. Alors qu’elle a toujours refusé d’apparaître dans un film, l’événement a été une première pour la reine qui s’est rendue au stade olympique en hélicoptère, accompagnée de M. Bond, a sauté de ce dernier déployant un parachute à l’effigie du drapeau anglais. (Bon en fait, on ne pense pas que ce soit vraiment elle qui ait sauté, même si elle est redoutable du haut de ses 86 ans).

Une fois, la VRAIE reine arrivée dans la tribune royale, la cérémonie continue avec une mise en scène de l’hôpital Gosh, très réputé en Grande Bretagne. Un décor très contemporain se plante ensuite sur le plateau avec un enchainement de chorégraphies des jeunes stars britanniques et sur un fond pop-rock des plus grands tubes du Royaume-Uni.  Suivi d’un orchestre symphonique et d’un pianiste particulier n’étant autre que … Mr Bean. Il n’a pas perdu son humour So British et enchaîne les pitreries avec grande classe.

En parlant de musique, on vous a dégoté la playlist de la soirée grâce au site The Telegraph. De quoi avoir un melting pot de bonne pop pour danser cet été, allez hop c’est par ici !!!

la soirée continue avec le défilé de chaque pays. La flamme est relayé par David Beckham à bord d’un bateau puis par sept jeunes athlètes qui allument ensemble l’immense fleur en cuivre prenant feu à pétales déployés pour ne former par la suite qu’une seule et belle rose enflammée. La cérémonie d’ouverture se clôture par un des tubes incontournables, « When the sun goes down » des chouchous en Angleterre, les Artic Monkeys, qui auparavant interprètent « Come Together » des Beatles et un final très fort en décibels par Paul Mc Cartney qui interprète « Hey Jude », repris par les 80 000 spectateurs présents.

Une belle cérémonie qui n’a pas fait dans le kitch à un seul moment. L’émotion était là pour nos chères grenouilles !

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire