Par SOPHIE, LEO, THIBAUT TAYO et MONSEIGNEUR

ITMM était présent du 2 au 10 Juin au festival ONZEBOUGE. Au menu, de la pluridisciplinarité : MUSIQUE, ARTS DE RUE, DANSE… et THEATRE (ci-dessous)

 

SEXE ET RELIGION AVEC LA COMPAGNIE A

Le dimanche 3 juin, nous avons commencé le festival Onze Bouge avec un spectacle de la Compagnie A, « Ma Foi ».

« Ma Foi » c’est quoi ? Et bien c’est un spectacle de théâtre d’objets qui s’est déroulé, à la plus grande surprise de tous, dans une caravane. Le concept est simple, une bonne sœur adepte de musique électronique nous livre un office déjanté entre le cours de catéchisme et la leçon d’éducation sexuelle. « Ma foi » est vraiment un essai loufoque, très décalé, où l’on rit du début à la fin.

Cette pièce a été librement inspirée du Concile d’Amour, écrite par Oskar panizza, en 1895.

Avant de rentrer dans la caravane, nous sommes accueillis à l’extérieur par des musiques religieuses, et dès que l’on pénètre à l’intérieur de la caravane, c’est sonorités électroniques.

Le fait d’être dans une caravane durant le spectacle, nous fait nous plonger entièrement dans cet univers, à la décoration kitsch à souhait, avec une bonne sœur chevronnée qui ne manque pas de faire des têtes assez impensables, et des onomatopées à tout va !

Dorothée Saysombat, l’actrice principale, interprète à merveille cette bonne sœur.

Site de la compagnie : www.compagniea.net

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DECOR SONORE avec la Cie URBAPHONIX

Dimanche 3 juin, nous étions invités à nous déplacer dans la rue Thiéré, avec la compagnie Urbaphonix, pour un voyage musical.

La Compagnie Urbaphonix est composée de musiciens qui prennent l’environnement naturel comme scène et se déplacent à l’improviste pour leurs créations musicales dans le projet créatif « Décor Sonore ». Sans un mot, à l’improviste, un équilibre mobile de cinq personnages s’introduit dans le paysage sonore. Sorte de « Stree-jockeys » sans platine, ni synthétiseur, les musiciens d’Urbaphonix ne composent qu’à partir de ce qui est déjà omniprésent : les bruits mécaniques de circulations et surtout le mobilier urbain.  Ils appliquent le précepte de John Cage : « Si un son vous dérange, écoutez-le ! ».  Durant 45 minutes, mes cinq musiciens embarquent le public dans la rue à la recherche d’un endroit optimal pour leur création improvisée. Une fois découvert, ils placent des capteurs sur les infrastructures. Ces derniers renvoient le son amplifié sur une grosse enceinte et il ne reste plus aux artistes qu’à jouer. Une sorte de Tambours du Bronx dans la ville, avec comme instruments, des portes, un vélo, des grillages et j’en passe… Une réelle découverte qui permet au public de prendre conscience des éléments qui l’entourent dans la ville. Un son n’est pas seulement un bruit, il peut aussi être mélodie.

Leur site : http://www.decorsonore.org/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LA CASE NOIRE : IDENTITE AUGMENTEE

UN JOLI MELANGE DE DANSE, DE THEATRE, DE NUMERIQUE ET DE LECON DE MORALE !

La maison des métallos, désormais étape de choix des milieux créatifs, accueillait la Compagnie Sans Titre, pour le premier volet d’un projet intitulé « Portraits de genre humains ».

La case noire est donc le premier de ces portraits dansés, interprétés, habités, vécus sur scène par une danseuse, qui tient en équilibre sur les cases noires comme sa chair d’un échiquier. La réalité augmenté apporte son grain de sel, avec des projections de motifs, d’ombres et de visages  afin d’instaurer un dialogue entre la danseuse et son identité, celle qu’elle projette, et celle que la société lui renvoie a la figure.

La case noire c’est celle où l’on enferme l’image de la femme noire dans les medias et les tribunes commerciales. Un exotisme postiche dans lequel une adolescente de banlieue peut difficilement se retrouver, on s’en doute.

 A travers différentes phases : danse pure, théâtre, témoignages, la case noire est parfois sombre, mais lorsque l’on peut enfin prendre le recul  nécessaire à l’observation de son identité et de sa classe sociale, lorsque les yeux s’accommodent de l’obscurité, alors enfin l’identité devient fierté. Car l’on sait que la case n’est qu’une image projetée sur un mur. Alors que faut-il changer pour projeter une image plus juste, plus cohérente ? La case, le mur, ou le projecteur ?

C’est un spectacle de cinquante minutes qui en paraît moins, riche des enchainements de genres et de disciplines, d’une création sonore travaillée, intelligente, théâtralisée. On passe un instant dans la peau de cette adolescente dubitative d’elle-même, devenue femme, mère et citoyenne. Une énergie constante, parfois mystique ; une incarnation des réalités et des enjeux sociaux.

Le site : www.espritgender.com

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le Lundi 4 juin au Palais des Glaces a eu lieu une soirée « Humour au Féminin ». Quatre nanas humoristes se sont succédé sur scène, pour un show d’une demi-heure chacune, un bon moment de plaisir et de rigolade !

CAROLINE GUISNEL

J’ai eu le plaisir de découvrir cette jeune humoriste lors du festival Onze Bouge, pour la soirée « humour au féminin ».

Carole Guisnel passe deux ans à l’école du Cirque Fratellini alors qu’elle n’est qu’une petite fille, puis des années de danse classique lui ont donné cette aisance qui lui vaut aujourd’hui d’aborder la scène sans craindre de bouger, sauter, pirouetter et tomber. Formée au Cours Simon et à la Compagnie du Vélo Volé, Carole s’est frottée à Racine, Molière, Marivaux… avant de se lancer dans un parcours solo en 2009.

Pas facile pour elle car, lors de la soirée « humour au féminin », elle a ouvert le bal comme on dit, mais je trouve qu’elle s’en est très bien sortie. Elle joue du fait que le ridicule ne tue pas, et elle a bien raison. Elle parle de sujets comme les couples, les déceptions amoureuses, et n’hésite pas à se mettre à nu devant son public. D’un physique tout en rondeurs, elle parle librement de ses formes, des moments gênants du quotidien, et nous emmène dans sa bulle de refuge, où on oublie tous ses problèmes, soit « sous l’océan ».

Lorsqu’elle se fait plaquer par téléphone, qu’elle fond en larmes (doux euphémisme) et qu’elle descend dans le public à la recherche de câlins de réconfort, elle va au contact des spectateurs et ils aiment ça. Elle ne met pas de barrières, elle nous fait pénétrer dans son intimité et ne se prend pas au sérieux.

Elle est un vrai paradoxe, car dans la vie elle dit qu’elle manque cruellement de confiance en elle, et sur scène elle n’a honte de rien, et c’est ça qu’on apprécie, et qui nous fait rire. On (le public) a l’impression d’être sa meilleure amie, la personne à qui elle raconte les petits trucs hypra gênants, qu’elle n’ose pas raconter à d’autres.

Son facebook : https://www.facebook.com/pages/Carole-Guisnel/208658345892568

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

JOSEPHINE OSE, ET ON AIME CA!

Joséphine est une humoriste de 25 ans qui débarque sur scène en dansant dans une robe de princesse, parée d’un diadème. Elle entame directement son show en nous signalant qu’elle parlera d’elle et de sa vie. Forcément, ça parle de mecs. Aaah les mecs, est-ce que c’est le bon, pas le bon ? Pourquoi il m’a fait ça ? Pourquoi n’a t-il PAS fait ça ? On reste des incomprises selon Joséphine.

Mais la famille arrive dans le sujet, et là c’est pas mal aussi parce qu’elle n’hésite pas à mettre l’accent sur les cadeaux dont on se contrefiche royalement et de pointer du doigt  le comportement de la jeune adulte qui scrute le chèque qui lui permettra de payer son loyer, ses pâtes et… peut-être une nouvelle robe si la grand-mère a été généreuse ?

Un show rythmé, mais pas de n’importe quelle manière. Entrecoupé par des créations mélodiques, Joséphine Drai pousse la chansonnette, accompagnée d’un guitariste qui fera quelques petites interventions dans le show. Les paroles sont dans la continuité, en reprenant les thèmes majeurs de son spectacle. A la Jeanne Cherhal ou encore Pauline Croze, Joséphine est sensible à ce que peuvent ressentir les filles dans la vie et trouve les mots justes dans ses chansons, tintées de sons de clochettes.

Joséphine sera au Café de la Danse, à Paris, le vendredi 15 juin. N’hésitez pas à prendre vos places.

Son site internet : http://www.josephineose.com/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CHARLOTTE GABRIS : LE STAND UP EN MODE SUISSE

Petite nouvelle dans le paysage humoristique, Charlotte Gabris (25 ans,Suisse) a très vite été repérée par Laurent Ruquier, qui l’a faite régulièrement venir à son émission sur Europe 1. Elle était également présente lors de la dernière édition du Montreux Festival, référence dans le monde humoristique.  Non pas que ce soit un véritable gage de qualité mais c’est la preuve qu’elle ne passe pas inaperçue. Et on comprend pourquoi.

Dans le cadre du festival Onze Bouge elle a donné une représentation d’une vingtaine de minutes à fond du début à la fin. Ça avait pourtant mal commencé avec une arrivée sur scène un peu trop dansante pour son micro qui a choisi de se faire la belle! Elle a donc dû retourner en coulisse pour remettre son matériel.

Une fois cette petite déconvenue passée, c’est une tornade de bonne humeur qui s’abat sur le Palais des Glaces. A la fois parfaitement à l’aise sur scène où on ne la sent pas du tout stressée, et incisive dans ses textes, elle arrive a nous prendre dans son monde avec des thèmes pourtant traités 100 fois (comme les relations filles/garçons). Elle n’hésite pas même parfois à aller dans le trash, voire l’humour noir qu’elle manipule avec une extrême agilité.

Pour moi, ça a été le sans faute et je serais bien resté une heure de plus, même si mes maxillaires n’auraient sûrement pas supporté le choc.

Gros coup de cœur pour cette artiste, qui va très vite faire parler d’elle. Elle fait d’ailleurs désormais partie de la fameuse troupe du Jamel Comedy Club.

Son site internet : http://houlalacreation.com/artiste_gabris.php

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

CAROLINE VIGNEAUX, L’AVOCATE QUI PREFERAIT LE PLATEAU AU BARREAU

Caroline est une humoriste qui a préféré quitter sa robe d’avocate pour venir sur scène nous raconter, en humour, toutes les petites anecdotes qu’elle a pu rencontrer au cours de sa brève carrière.

Si l’on n’a pas compris qu’elle exerçait le métier d’avocat auparavant, c’est qu’il y a eu erreur de salle. Caroline Vigneaux fait rire par ses péripéties pimentées de son passé d’avocate. C’est léger et drôle au début, mais l’humour est vite rattrapé par une certaine prétention du métier.

Elle précise bien qu’elle était avocate au barreau et se pavane dans sa robe d’avocate durant plusieurs minutes… à y regarder de plus près, on comprend cependant vite qu’il s’agit d’auto-dérision sur une profession qui ne lui correspondait plus. Caroline a trouvé sa voie dans l’humour et excelle en la matière.

Caroline Vigneaux joue en ce moment au Théâtre Le Temple, à Paris et cet été au Festival Off d’Avignon.

Son site : http://www.carolinevigneaux.com/Site_officiel_de_Caroline_Vigneaux/Bienvenue.html

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« LES MISEREUSES », OU COMMENT REVISITER LES MISERABLES EN CHANSON

Jeudi soir, nous avions rendez-vous à la Salle Olympe de Gouge pour une adaptation déjantée et « théâtro-musicale » des Misérables, gaiement revisités. La véritable histoire de Jean Valjean, Cosette, Javert, Gavroche et autres, prêts à tout pour quitter leurs pages dans lesquelles on les a couchés sans une quatrième de couverture. Les Miséreuses sont quatre chanteurs-comédiens, interprétant une vingtaine de personnages du roman le plus lu de Victor Hugo, sur des chansons revisitées de Village People, Michael Jackson, Aznavour, Bizet, etc…

1h30 de rires et de joie pour le public. Durant tout le spectacle, les gens s’esclaffent des mises en situation ridicules des personnages de l’œuvre des Misérables. Et comme le dit la chanson de rappel de fin « On a tout changé, oooon a rien respecté » sur l’air du groupe les POPPYS « NON NON RIEN N’A CHANGÉ » (aussi connu par la pub « Fermiers » de Loué). Une véritable réussite à voir de toute urgence.

Actuellement au théâtre Clavel à Paris.

Leur site : www.les3versatiles.com

Comments Closed