Par SOPHIE, ANTO, MONSEIGNEUR, THIBAUT TAYO et LEO

ITMM était présent du 2 au 10 Juin au festival ONZEBOUGE. Au menu, de la pluridisciplinarité : THEATRE, ARTS DE RUE, DANSE… et MUSIQUE (ci-dessous)

 

THE TWO, UN VENT DE LEGERETE A SOUFFLÉ DANS LE 11ÈME !

Lors de la soirée au Nouveau Casino, toujours dans le cadre du festival Onze Bouge, il y avait deux groupes de musique programmés. Et j’ai eu le plaisir de découvrir le groupe The Two, composé d’un guitariste/chanteur, David Jarre, et d’une chanteuse, Ara Starck. Et, anecdote assez incroyable, le chanteur du groupe est le fils du célèbre Jean-Michel Jarre, qui est un peu le pionnier de la musique électronique, tandis qu’Ara, la chanteuse, est la fille du célèbre Designer Philippe Starck !

A la base, ces deux personnes étaient totalement étrangères, lui était magicien, et elle peintre. Puis un jour, ils se sont rencontrés dans une soirée à paris, et après leur rencontre, David a composé leur tube « I wanna be with you again », pour la chanter avec Ara, et c’est là que tout a débuté !

Ce groupe, avec leurs mélodies, fait ouvertement penser à du Cocoon ou du Lily Wood & the Prick. C’est un duo très harmonieux, et leurs voix s’accordent parfaitement bien pour chanter à l’unisson. La pudeur de la guitare préserve largement le mélange si parfait de leurs deux voix !

Durant ce concert, on a eu droit à une reprise de Mickael Jackson, « They don’t care about us », et une reprise de Lana Del Rey « Blue Jeans », et ce que l’on peut dire, c’est qu’on l’a largement appréciée, et même préférée à l’original !

The Two, c’est doux, frais et plein de gaieté, et moi ça m’a totalement charmé !

Site du groupe : http://thetwomusic.com/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SIR ALICE : UNE ELECTRO POP PROFONDE

Après le set de The Two, Sir Alice a offert un set intimidant et profond. De son vrai nom Alice Daquet, l’artiste aux allures de pin-up des pays nordiques, est accompagnée d’une guitare, d’un synthétiseur et d’un violoncelle. Les quatre protagonistes embarquent l’auditeur dans un voyage sombre et légèrement joyeux… légèrement.

Cette bipolarité règne durant tout le concert. Mais d’un sentiment de malaise, on en vient à l’adorer cette Alice. Véritable personnage charismatique, elle arrive,  d’un simple regard, a s’imposer au public un peu comme le fait Rose Mary de Moriarty.

Une mélodie intimiste et enraillée qui pourrait être inspirée de PJ Harvey. L’ensemble joue beaucoup sur les nuances des instruments et de la voix profonde de Sir Alice, à s’en casser les cordes vocales. Ce qui n’a pas manqué d’arriver plusieurs fois à l’archet du violoncelliste, tellement la puissance du set était à son comble. À noter, une fin de set particulièrement touchante et violente avec un piano/voix qui a raisonné dans tout le Nouveau Casino. De la grâce et du rock, elle a réalisé une véritable performance qui n’a pas manqué d’intriguer la rédaction d’ITMM.

En effet, en se renseignant, on comprend mieux l’esprit de la jeune femme, qui, sous ses airs de poupée, est une réelle performeuse, reconnue internationalement. C’est dire! en 2006, lors des Nuits Blanches de Paris, Sir Alice a livré une performance de 10 heures d’affilée, sous le nom « Le Bleu du Ciel ». En 2007, elle présente son premier film au centre d’art de la ville de Tromso, en Norvège.

crédit-copyright « Les Monstres »

Son site : http://www.myspace.com/siralice

  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 BOULBAR, CHANSON DESSINEE

 Alors qu’il déclame sa prose sur ces rencontres, ces espaces qui l’ont inspiré, Vincent Gravé dessine en direct les paysages fantomatiques de l’Amérique profonde.

L’aubaine d’un concert gratuit dans ce lieu rococo atypique qu’est le réservoir, n’a pas échappé aux riverains et autres curieux qui se sont déplacés en nombre conséquent. Sur scène, une Fender, quelques pédales d’effets et le pupitre de dessin surmonté d’une caméra, dont l’image est projetée sur le fond.

Boulbar nous invite à parcourir les différentes étapes de son parcours, à travers une dizaine de titres, en commençant par New York, introduite avec son brouhaha, ses sirènes, son trafic… puis les arpèges de la Fender s’en mêlent, le chant, susurré mais riche de sens, accompagne le charbon de Vincent Gravé, qui se consume en buildings picorant le ciel. Pas de doute, on y est.

On s’éloigne rapidement des métropoles pour rejoindre les motels poussiéreux qui menacent de voler en éclats à chaque passage d’un poids lourd sur la Motorway. Au fil des morceaux, des personnages, rencontrés ou imaginés,  prennent vie sur le papier et dans le texte.

On saluera le changement de techniques de Vincent Gravé à chaque titre; charbon, aquarelle, encre, en passant par le couteau exacto, le tout animé par des jeux avec la camera. C’est un réel enchantement de voir cette construction réfléchie, lourde de sens.

On trouve une certaine récurrence dans les morceaux et dans la composition, mais après tout, il s’agit d’un concept album et les paysages du Midwest ne se ressemblent-ils pas tous ?

Au final c’est bien un voyage qu’on effectue avec Boulbar et Vincent G., une plongée dans un univers aride parfois exaltant, parfois trempé de larmes, parfois brouillé par les vapeurs de chaleurs et du mysticisme qui sait y régner .

Le site : www.boulbar.com/

 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 OLDELAF, AUSSI POUR LES PETITS

Mercredi, c’est la journée des enfants ! Le troisième jour de la semaine a été célébré dans la joie enfantine et la bonne humeur au festival Onze Bouge. Nous avons eu l’extrême plaisir de voir Oldelaf sur scène, avec une formule adaptée aux enfants mais aussi aux grands. Comme à ITMM, nous sommes de grands enfants, nous y sommes allés et on a chanté, tapé dans nos mains et ri de bon cœur.

Aaaah cet Oldelaf, on peut dire qu’il aura su rythmer nos pauses café avec sa célèbre chanson « Le Café ». A l’époque, accompagné de Monsieur D, il sillonnait la France avec des compositions ensoleillées et comiques. Aujourd’hui, Monsieur D est parti mais Oldelaf est toujours là. En parallèle de la sortie de son premier album solo « Le Monde est Beau », Oldelaf a écrit un spectacle pour enfants intitulé « Bête et Méchant ». C’est l’histoire de Michel, un petit garçon qui n’a rien d’un ange… Il est bête et méchant, torture les animaux, jusqu’au jour où ceux-ci prennent le dessus et imposent leur loi !

Sur scène, Oldelaf chante avec sa guitare et il est accompagné d’un contrebassiste qui se transforme en renard (dans un déguisement de Robin des Bois). C’est une version light à deux, car ils tournent à cinq en temps normal. Ils jouent la comédie pendant près d’une heure et font participer les enfants complètement captivés par le spectacle. Ils chantent, dansent, et les parents s’y mettent aussi…un vrai moment de bonheur. A la fin du concert, un rappel est clamé par toute l’assemblée ! Oldelaf nous offre son café, pour ce moment ensoleillé de toute beauté !

Sa tournée ici (http://www.oldelaf.com/site/?page_id=148)

Son site : http://www.oldelaf.com/site/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LE ROMANTISME FACON EREVAN TUSK

Samedi soir, c’était la soirée Oüi FM, toujours dans le cadre du festival Onze Bouge, et c’est le groupe Erevan Tusk qui a ouvert la soirée !

Erevan Tusk est un groupe qui naît en 2008, dans la foulée d’une amitié musicale : Jim est à la tête du groupe folk Starboard Silent Side et Pacôme préside aux destinées folktronica de Rose Tacet. Chacun apprécie le travail de l’autre. Les deux amis répètent pour le plaisir, sans autre ambition que d’écrire des chansons immédiates. Il se passe quelque chose, une entente inédite que Pacôme et Jim vont concrétiser en formant le groupe.

Erevan Tusk a été pour moi, la révélation de ce festival Onze Bouge, et mon plus gros coup de cœur.

C’est un groupe très soudé, qui n’hésite pas, sur scène, à jouer entre eux, à se faire des signes, des sourires, et à partager ces moments de bonheur tous ensemble, c’est beau! Peut être est-ce le cas parce que ce n’est encore que le début, mais je leur souhaite de garder cette complicité jusqu’au bout, car c’est aussi un peu ça qui fait la force de leur groupe.

Pour avoir fait ma groupie à la fin de leur concert, en achetant leur album, que j’écoute d’ailleurs en boucle en ce moment, j’ai été très touchée par leurs mélodies et leurs paroles. Cet album, « Fortify your innocence », conjugue vraiment force et délicatesse ; même si sur scène, ils n’hésitent pas à sauter partout et à se mettre à genoux pour jouer de la basse, telles des Rock Stars ! A travers leurs chansons, ils font passer un tas d’émotions, et on le ressent jusque dans le public !

Si vous les avez loupé samedi soir, il y a une session de rattrapage, car ils sont en effet en concert ce mercredi 13 juin au Nouveau Casino. C’est un concert qui vaut la peine d’y aller, et que je vous conseille fortement !

Leur site : www.erevantusk.com

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

MUSTANG, CA DECOIFFE!

Le rock n’a pas tué la culture française. Mustang, formé en 2006 à Clermont-Ferrand par Jean Felzine (Chant, Guitare, Claviers), Rémi Faure (Batterie, machines) et Johan Gentile (Basse, Guitare) est un exemple rare, trop rare. Le groupe peaufine un son unique, vivant et synthétique à la fois, mélangeant guitares 60’s et claviers hypnotiques, porté par un jeu de scène électrisant.
Qu’on se le dise, Mustang se fout des sentiers battus. Parce que dans leur panthéon, il n’y a pas que le rock primitif : « La variété française, on aime ça, la pop aussi, et on a écouté beaucoup de soul, beaucoup de rock anglais 60′s cette année mais on vit avec notre temps. En fait, on a un peu le cul entre plusieurs chaises, ça peut être une faiblesse, mais c’est aussi une force».

Sur le papier, Mustang c’était trois jeunes mecs, coiffés comme Elvis et partis pour nous faire plus d’une heure de rock-yéyé. Coincés entre Erevan tusk et Absynthe minded, on se demandait un peu ce qu’ils faisaient là …

Jusqu’au moment où ils se sont lancés et là, on a arrêté de se poser des questions ! Avec un style bien à eux, ils arrivent à faire passer un ambiance très rockabilly tout en chantant en français, ça fait tout simplement plaisir !

Pas mal d’énergie, des personnages au look travaillé, et une musique qui donne envie de dandiner du cul … que demander de plus.

Pour le reste, on s’est tout simplement laissés porter. Un bon moment de scène, une de ces petites surprises qui vous font pas regretter les grosses têtes d’affiches aux prestations millimétrées.

Le site : http://www.legroupemustang.com/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ABSYNTHE MINDED, ON EN REPRENDRAIT BIEN UN PEU

3e groupe à passer sur la scène Ménilmontant samedi soir, Absynthe Minded a su prendre le relais d’Erevan Tusk et de Mustang avec brio. Je pensais ne pas connaître, et au fur et à mesure des chansons, les airs me revenaient doucement en tête. Là, je me suis dit … Mais oui ! Absynthe Minded quoi !

Mais qui sont-ils ? Depuis 1999, le groupe belge offre un jazz-pop-rock composé d’une guitare, d’un violon, d’un piano, d’une contrebasse, d’une basse et d’une deuxième guitare… et bien sûr de voix, de très belles voix. Ils ont sorti leur cinquième album le 14 mai dernier, intitulé « As It Ever Was ». La pochette de l’album, au paysage populaire se veut conviviale « Je voulais écrire des chansons qui parlent à tout le monde… » affirme Bert Ostyn, le leader chanteur de ce quintet belge aussi singulier qu’immédiatement familier.

Sur scène, ils jouent avec beaucoup de talent. Au milieu du concert, ils interprètent « My Heroics » que personne n’a pu louper, diffusé largement sur les ondes radio il y a quelques mois. De « Sweet Oblivion », en 2002, jusqu’à l’album éponyme il y a trois ans, Absynthe Minded a promené sa musique des clubs les plus intimes aux plus grands festivals avec une passion jamais émoussée. Le public était présent et réceptif au groupe belge, qui en a séduit plus d’un, grâce à leur musique. On ne peut que leur souhaiter une bonne continuation pour la suite des prochains albums.

Le site : www.absyntheminded.fr/

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

KO ET JOSEPHINE, LE COTE DEJANTE DE ONZE BOUGE, C’EST EUX!!

Pour clôturer le festival Onze Bouge, Dimanche 10 juin, j’ai eu le plaisir d’assister à un concert de Ko et Joséphine à l’international !

Ko et Joséphine c’est qui ? C’est un duo mixte, originaire de Rennes qui s’est rencontré au milieu des années 00 chez la sœur d’Étienne Daho. Un duo sexy et détonnant, une histoire de tandem, une alchimie qui saute aux yeux, c’est Christelle et Niko. Du fond de leur home studio lové entre cuisine et salle de bain, ces deux-là tricotent à quatre mains des chansons à tendance électro-bricolo et aux textes bien sentis accommodant à l’envi guitares, boîtes à rythme et autres phénomènes analogiques. Plus rock’n roll que Brigitte avec qui ils partagent un goût sûr pour les textes malins et frondeurs, moins foutraques que Sexy Sushi, même si eux aussi aiment le dancefloor, Ko et Joséphine, portés par la voix pétillante et sexy de Christelle, évoquent des Rita Mitsouko électro-bricolo.

Ils citent parmi leurs influences : Gainsbourg

En tout cas ce que l’on peut dire après les avoir vus sur scène, c’est que Christelle et Niko ont l’énergie contagieuse et l’électricité pas statique ! On sent réellement l’alchimie entre ces deux personnages, qui nous donnent envie de sauter partout. Ce qui est chouette, c’est que ça se voit que c’est un duo : ils rient ensemble, jouent ensemble … ce n’est pas juste une chanteuse, et en arrière plan son musicien !

Bref, un duo déjanté, amusant et entrainant !

Leur site : http://www.koetjosephine.com/

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire