Par Thibaut

Après une tournée phénoménale dans tous les festivals cet été, l’album des 4 DJs est enfin sorti le 3 septembre dernier. On analyse…

Impossible de passer à côté du phénomène. Véritable raz de marée musical, C2C a su fédérer à la fois les fans de musique électronique comme les plus novices. La recette ? Un mélange de scratch bien senti et un sens de la mélodie incroyable. A la fois jazzy, hip-hop et électro, ces 4 garçons 4 fois champions du monde de DMC (2003, 2004, 2005 et 2006) ont réussi a créer leur propre son, une patte reconnaissable entre toutes, qui a fait bouger toutes les têtes cet été en concert.
Inutile de vous dire à quel point j’étais impatient d’écouter leur album et je ne vais pas vous cacher que cette première livraison me laisse un peu sur ma faim…

Face à l’engouement général du public pour ce groupe, je pense qu’il faut poser quelques limites et ne surtout pas traiter cet album comme une production d’un groupe purement électronique. C2C c’est avant tout un mix d’influences qu’ils avaient jusqu’à présent réussi à mélanger pour créer un son unique.
Ce que l’on ressent en écoutant cet album c’est une volonté de vouloir mettre toutes ces influences et au final de vouloir trop en faire.

L’album ouvre sur le titre « The Cell », son électro /rock surpuissant qui nous assoit d’un coup. C’est sur ce genre de morceaux qu’on sent tout le talent des DJs à créer des sons incroyablement puissants dans le fond et non pas dans la forme comme il est trop courant d’en entendre. Il en va de même pour les titres « Delta », « The Beat », « Arcades » et « F.U.Y.A ». Étrangement, ce sont les seuls morceaux sur lesquels le groupe n’a pas fait de featuring… Le tube « Down the Road » est évidemment là, toujours aussi groovy et dansant. Impossible de s’en lasser même après l’avoir entendu dans toutes les émissions TV.

Des sons hip hop sont également présents et ils font très mal, à l’image de « Because of You » ou « Who Are You » mixés avec une légère touche de soul/funk, c’est une vraie réussite.

Cependant les autres titres sont plus entendus, du moins plus dans une sorte de bonne conscience musicale. Présents, on le comprend vite, pour aussi plaire à un public plus large. C2C veut élargir son public et toucher tout le monde. But noble mais malheureusement cela passe par une qualité moindre sur certains morceaux comme pour « Kings Season » ou « Genius » (feat Gush) qui sont complètement anecdotiques voire par moment très lisses.

L’album est dans le top des ventes et sera un véritable succès, c’est certain. Le groupe a trouvé la formule pour parler à tous les publics même si cela passe par certains morceaux moins poussés que d’autres. Il ne faut cependant pas oublier qu’il s’agit d’un premier album et que pour une fois, le top 1 des ventes n’est pas Magic System …


Laisser un commentaire