L’équipe d’ITMM se propose, en toute modestie, de faire un point chaque semaine sur les sorties ciné du mercredi. Sur la base du « pourquoi oui » et « pourquoi non » la rédaction vous donne son avis concernant des oeuvres pas encore vues.

Attendez vous donc à des opinions tout en a priori et subjectivité.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Elle –

Pourquoi il s’agit sans doute de la sortie de la semaine.

Paul Verhoeven derrière la caméra, Isabelle Huppert devant, accompagnée par Laurent Laffite et Anne Consigny. La distribution laisse songeur et donne envie d’en voir un peu plus. Les images sont mystérieuses, le grain et la photographie sont typiques du metteur en scène néerlandais et le ton abordé semble tordre le cou à ce qui se fait habituellement dans ce type de film. Tout semble vaporeux, distancié et novateur chez Verhoeven et c’est pour ça qu’il marque, qu’il fascine. Le film à voir cette semaine en ce qui nous concerne.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Joyeuse Fête des Mères –

Pourquoi on peut désormais faire tout et surtout n’importe quoi (avec n’importe qui) à Hollywood.

Joyeuse Fêtes des Mères c’est un peu le fourre-tout qui nécessite une semaine de tournage, la même durée en terme de montage et un mois de promotion. Le seul budget alloué l’est pour les acteurs qui composent le casting et le tout est filmé avec le cul. On parle ici de celui de Garry Marshall. Garry Marshall c’est le symbole d’un age d’or hollywoodien de la comédie romantique qui n’a plus lieu d’être. C’est la mise en scène factuelle, binaire, à son paroxysme. Joyeuse Fête des Mères c’est le pseudo-film choral par excellence, le truc pour lequel tu n’avais aucune idée de scénario mais que tu as tourné quand même. Et comme tu savais pas quoi foutre de ton budget t’as pris Julia Roberts, sans doute parce que tu lui devais du fric. Non mais sans déconner, qui est encore capable de mettre plusieurs dizaines de millions de dollars pour avoir Julia Roberts dans un quart d’heure de film… Le point positif c’est que le film est un bide critique et public depuis sa sortie américaine. Un indice supplémentaire aurait pourtant du mettre la puce à l’oreille de pas mal de monde…  allez on vous aide, cet indice c’est Kate Hudson.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

– Warcraft : Le Commencement – 

Pourquoi on est sans doute partis pour une flopée de films franchisés Warcraft.

Oubliez Marvel, DC, Star Wars, elle est là la franchise qui aura le plus grand nombre de films à son actif. Dans vingt ans on en sera à une trentaine de longs-métrages et même ceux qui n’ont jamais touché à un jeu vidéo de leur vie connaîtront les différentes catégories de personnages, les différents royaumes de cet univers. La première raison est tout simplement que l’univers de Warcraft est quasiment infini, que ce qui le compose n’a pour limite que l’imagination et que, par conséquent, tous les spin-offs du monde sont possibles. La deuxième raison réside dans le manque de créativité actuel d’Hollywood. Soyons honnêtes, de l’heroïc fantasy déclinable à l’infini à l’heure de l’avènement de Game of Thrones c’est un cadeau tombé du ciel pour ceux qui sont en manque d’inspiration depuis les Goonies. On restera cependant mesurés quant à l’éventuel succès à venir de Warcraft, attendant les premiers échos venant de ceux qui font et défont le Cinéma calibré bockbuster aujourd’hui, les geeks…Si ces derniers n’aiment pas le premier film, l’idée d’une franchise aura fait long feu…

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire