Dr.-Ken1

Chaque année révèle son lot de nouveautés, de déceptions, de révélations et/ou de confirmations. Le monde de la série tv ne déroge pas à cette règle immuable et nous offre de nombreux titres dans chacune de ces catégories. 2015 n’aura pas été avare en programmes calibrés pour le petit écran. Du bon, du nul, du pourri, de l’inattendu, du très bon, du très nul… Revenons de manière relativement exhaustive sur la plupart d’entre eux en les divisant de manière totalement arbitraire et « subjective ».

N.B. : Bien évidemment certaines séries ne figurent pas dans cet article pour la simple et bonne raison que son auteur n’a pas pu tout voir. Contrairement aux apparences ce dernier a plus ou moins une vie en dehors d’internet.

N.B. 2 (le retour) : Les avis exprimés, eux, n’engagent que celui qui les formule.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les Déceptions

 

Aquarius

Après un rôle qui tournait en rond dans une série qui le faisait tout autant (Californication) et une carrière au Cinéma qui n’a jamais réellement décollé ; on attendait David Duchovny au tournant dans cette série retraçant l’histoire de Charles Manson, l’un des plus grands tueurs que le monde contemporain ait jamais connu. Le résultat aura été aussi décevant que le potentiel du projet était grand. Un scénario inutilement tortueux, une mise en scène « clichesque » au possible et des seconds rôles totalement inintéressants. On lâche l’affaire après quatre épisodes (le temps de comprendre que non, ça ne va pas aller en s’arrangeant) et on ne le regrette pas.

NBC. Avec David Duchovny, un mec qui jouait dans Game of Thrones et plein de gens qu’on ne devrait pas revoir dans de bons films ou de bonnes séries avant quelques temps.

 

 

Mr. Robinson

Si vous vous intéressez aux séries comiques américaines ainsi qu’à la « galaxie Apatow » vous connaissez obligatoirement Craig Robinson. Craig Robinson c’est Darryl dans The Office, la némésis de Kenny Powers dans Eastbound and Down et des seconds rôles toujours réussis aux côtés de Seth Rogen ou James Franco (entre autres). craig robinsonAussi, lorsque l’on apprend qu’il va enfin avoir sa propre série tv et qu’il y interprétera un prof remplaçant, chanteur de charme et plutôt très dragueur on se dit pourquoi pas. On regarde le premier épisode…rires enregistrés, décors en carton, dialogues honteux, histoire inexistante ( ça on peut éventuellement pardonner, dans une certaine mesure), acteurs minables et notre bon vieux Craig Robinson qui galère au sein de tant de médiocrité. On est tristes pour lui puis on décroche, petit à petit, sans aucune culpabilité et parce que notre temps peut être tellement mieux utilisé. En jouant aux Jojo’s ou en regardant Motus par exemple.

NBC (annulé après une saison, logiquement). Avec Craig Robinson et d’autres acteurs qui riront sans doute de tout ça un jour mais pas tout de suite.

 

 

Dr. Ken

On est là dans le même cas de figure ( à peu de choses près ) que pour Mr. Robinson. Titre de série aussi fainéant, acteur comique populaire (Ken Jeong, connu pour The Hangover et son rôle culte de Professor Chang/ Kevin dans Community) autour duquel on essaie de broder une histoire écrite avec le cul et des personnages secondaires sans le moindre intérêt. De la vulgarité, pas d’histoire à proprement parler et une envie de voir le premier épisode se terminer le plus vite possible. C’est nul, en toute objectivité et ça devrait être assez vite annulé.

ABC. Avec Ken Jeong et des acteurs interchangeables qui ne devaient pas savoir lire au moment de recevoir le script.

 

 

12 Monkeys

12 Monkeys, pour ceux qui l’ignorent, c’est le titre original de L’Armée des 12 Singes, le film génial de Terry Gilliam qui mettait en scène Bruce Willis, Madeleine Stowe et Brad Pitt. 12 Monkeys c’est aussi le titre d’une série sortie cette année et il est tout à fait possible que vous n’en ayez même pas entendu parler. Alors pourquoi cette série n’a-t-elle pas bénéficié d’une promotion décente d’autant plus que l’idée était alléchante et pleine de potentiel… Tout simplement parce que c’est raté, vraiment raté. Les acteurs ont un charisme proche de celui de Vincent Collet (ou Rémi Garde, choisissez votre coach), le scénario parvient à être d’un vide abyssal alors que la matière était là, prête à l’emploi. On peut se dire que les producteurs, distributeurs et créateurs avaient conscience de la merde qu’ils avaient pAaron_Stanfordondu et que, honteux, ils ont préféré se cacher, vendre la série à des chaines un peu pourries comme SyFy et réduire la promotion à son strict minimum.Non mais sérieusement, regardez la gueule du successeur de Bruce Willis

SyFy ( ben ouais, c’était une boutade mais il s’avère que…bon…). Avec Aaron Stanford (???) et des gens sans doute recrutés dans les familles des techniciens pour des raisons de budget.

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Il y a (visiblement) débat

 

True Detective, Saison 2

Après une première fournée saluée tant par la critique professionnelle que populaire, c’est peu dire que la deuxième saison de True Detective était attendue. Sans doute trop attendue lorsque l’on se penche sur les critiques qui ont fusé après seulement un ou deux épisodes. Rien n’allait être pardonné à cette nouvelle saison et on l’a bien vu/lu un peu partout. On lui a reproché de faire ce qu’on avait reproché à la première de ne pas faire : explication rapide… La première saison mettait en scène des personnages avec une maestria sans commune mesure pour une série télé. Laissant assez souvent de côté « l’histoire » en tant que telle, ne se penchant que très peu sur le background du « méchant » pour se concentrer sur le duo d’inspecteurs composé de Mc Conaughey et Harrelson et l’évolution de leur relation. CK3MIijVAAAYeWgOn apprenait et voyait évoluer leurs démons, le tout dans une belle enveloppe, esthétiquement parlant. Cette deuxième saison, en changeant de réalisateur ( le départ de Cary Fukunaga est sans doute une grosse erreur, personne ne peut le nier) et en décidant de se concentrer davantage sur l’intrigue elle-même a perdu ce qui faisait le sel de sa devancière. On ne peut toutefois pas nier la réussite de la plupart des personnages ( peut-être trop nombreux, c’est vrai ) et de pas mal de scènes. Une bonne saison au final, si on la prend pour ce qu’elle est. Une saison décevante si on la compare à sa devancière. Dans la mesure où nous sommes là dans un concept d’anthologie ( une histoire par saison, pas de liens entre celles-ci ) la comparaison n’est pas justifiée. Point final.

HBO. Avec Colin Farrell, Vince Vaughn, Rachel McAdams, Kelly Reilly, Taylor Kitsch

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Celles qui nous ont quittés (avec les félicitations du jury)

 

Community

La sitcom la plus méta des dernières années n’est plus, faisons-nous à l’idée. « 6 seasons and a movie »… On attend évidemment le film en question, naïfs que nous sommes. Community c’est un groupe d’étude dans une fac (très très) bas de gamme qui s’entraidait dans les choses de la vie à coups de références populaires et d’humour beaucoup trop fin pour que le grand public ait pu se prendre au jeu. C’est aussi pour ça qu’on aimait Community : on avait le communitysentiment d’appartenir à une communauté ( habile ) capable de comprendre toutes les références utilisées, qu’elles viennent de la télévision ou du Cinéma. On regrettera Abed le génie autiste, on regrettera Pierce le raciste misogyne d’un autre temps, on regrettera le doyen fan de dalmatiens et de Jeff, on regrettera Annie…

NBC. Avec Joel McHale, Gillian Jacobs, Danny Pudi, Alison Brie

 

 

Hannibal

Il était temps. Pas dans le sens où la série se perdait ou n’avait plus rien à dire, non. Il était temps car Hannibal devait se terminer après ces trois saisons. Dès l’instant où les auteurs/créateurs ont su que la saison 3 serait la dernière ils ont écrit, réfléchit et tout fait pour que la fin soit une vraie fin et c’est une réussite. Une très belle dernière saison qui fait le travail, nous tient en haleine ( bon, si on a vu Dragon Rouge le suspense est moindre), un duo d’acteurs ( Mikkelsen et Dancy) en symbiose totale et une scène finale tout simplement magnifique. Merci pour tout, mais maintenant qui pourrait un jour remplacer Mads Mikkelsen dans une nouvelle version des « aventures » d’Hannibal Lecter..?

NBC. Avec Mads Mikkelsen, Hugh Dancy, Gillian Anderson

 

 

 

Parks and Recreation

Jamais les petites histoires des membres d’un bureau municipal concernant les parcs et jardins n’auront été aussi passionnantes. Une série qui, elle aussi, a su se terminer quand il le fallait et comme il le fallait. On s’est attachés à parks and reccette petite « famille », à chacun de ses membres. On a détesté puis adoré Leslie Knope, on a ri avec Tom, on a attendu les one-liners de Ron à chaque épisode, on a été ému par un couple ( improbable mais génial ) qui se créait sous nos yeux tout au long de la série, on a pleuré, un peu, à la fin (mais de joie et parce qu’on se remémorait pas mal de choses, en même temps que la série le faisait pour nous), on a pensé que ça ne devrait jamais s’arrêter mais on a réalisé que ça avait été parfait jusque là alors pourquoi toujours en vouloir plus… Enfin, on a eu le même sentiment d’accomplissement qu’à la fin de The Office, c’est dire…

NBC. Avec Amy Poehler, Rashida Jones, Paul Schneider, Aziz Ansari, Nick Offerman, Aubrey Plaza, Chris Pratt, Adam Scott, Rob Lowe, Jim O’Heir, Retta

 

 

(La première partie de cet article se trouve juste )

 

 

////////////////////////////

 

 

 

A propos de l'auteur

IntheMorningMag, le webzine sur l'actualité culturelle on the rock !

Articles similaires


Laisser un commentaire